top of page
  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Wix Google+ page
  • Flickr Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Pinterest Social Icon
  • Tumblr Social Icon
  • Vimeo Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Blogger Social Icon
Rechercher

CLAUDE VIALLAT LEE UFAN : RENCONTRE À LA PACE GALLERY LONDRE


Claude Viallat Lee Ufan London 2023 PACEGALLERY
.pdf
Télécharger PDF • 18.20MB

La Pace Gallery a l'honneur de présenter Lee Ufan et Claude Viallat : Encounter, une exposition en duo organisée par l'éminent conservateur français Alfred Pacquement. S'étendant sur plus de cinq décennies, cette exposition examinera l'engagement durable des deux artistes en faveur de l'abstraction comme moyen d'aborder les idées philosophiques du temps, de l'espace et de la matière. Au centre de ce dialogue se trouve une exploration de la matérialité d’un point de vue à la fois formel et métaphysique. Un catalogue d'exposition illustré présentant de nouveaux textes des artistes et du commissaire sera publié par Pace Publishing plus tard dans l'année.

Nés tous deux en 1936, Lee et Viallat ont consacré près de sept décennies à leurs pratiques respectives et fondé des mouvements artistiques majeurs : respectivement Mono-ha au Japon et Supports/Surfaces en France. Malgré des géographies et des contextes différents, Lee et Viallat sont unis par leur rejet des méthodes traditionnelles de création artistique et leur approche innovante de la matérialité. Composée de peinture, de sculpture et d’installation, la pratique de Lee étudie les capacités d’action et de processus comme moyens d’engager les relations entre le corps et la temporalité. Pour Viallat, une refonte radicale des matériaux l'a amené à délaisser le châssis pour traiter la toile comme un objet matériel, bouleversant fondamentalement les conventions de la peinture. Comprenant des œuvres historiques nouvelles et significatives – dont beaucoup n’ont jamais été vues au Royaume-Uni auparavant – cette exposition témoigne des pratiques révolutionnaires de ces artistes. Lee et Viallat se sont rencontrés pour la première fois à l'automne 1971, alors qu'ils participaient tous deux à la Biennale de Paris, un festival d'art présentant de jeunes artistes du monde entier. Dans une interview réalisée par Pacquement pour le catalogue de l'exposition, Lee évoque le choc de la découverte de groupes artistiques européens et américains tels que l'Arte Povera, Supports/Surfaces et Anti-form : « C'était sans doute la première fois dans l'histoire de l'art que, simultanément, dans des lieux géographiques différents, des tendances analogues sont nées.

Lee et Viallat sont restés en contact au fil des ans, mais lorsque Lee a ouvert son musée éponyme à Arles, en France, en 2022, ils ont véritablement ravivé leur amitié. Cette exposition, au titre évocateur Encounter, marque la première fois qu'ils exposent en conversation les uns avec les autres.

Mono-ha, qui signifie en japonais « l'école des choses », a rejeté les méthodes et les matériaux traditionnels de création artistique en faveur de la simplicité et du pouvoir inhérent des matières premières. Au cœur de cette réflexion se trouve la déconstruction des traditions et des structures historiques afin de les reconstruire à nouveau. En effet, Lee a expliqué ses premières sculptures Relatum comme « une sorte de résistance ou de protestation contre l’institution ou la politique de l’époque ». Né en Corée et ayant passé la majeure partie de sa vie entre le Japon et la France, le travail de Lee s’inspire d’une synthèse distincte des pratiques et croyances spirituelles orientales et occidentales. Considéré comme le théoricien du groupe, sa célèbre carrière a été marquée par plusieurs textes philosophiques sur l'art et la culture contemporaine. Qu’il s’agisse d’un trait de peinture sur une toile vierge ou d’une pierre naturelle sur un miroir en verre fissuré, l’enjeu du travail de Lee est l’espace activé entre l’œuvre d’art, l’environnement et le spectateur. C’est à travers cet échange à trois que Lee évoque les idées de temps et d’espace.

Tout comme la pratique de Lee a commencé par un rejet des conventions, le travail de Viallat vise à repenser radicalement la nature de la peinture. Utilisant exclusivement des matériaux trouvés tels que des bâches, des tapis ou le tissu d'un parapluie, la pratique de Viallat est une rébellion contre les méthodes traditionnelles de fabrication et de visualisation des œuvres d'art. Le groupe Supports/Surfaces libère la peinture de son support, remodelant, voire supprimant entièrement le cadre. Les œuvres d’art étaient accrochées de manière inattendue – parfois suspendues au plafond ou même à l’extérieur de l’espace de la galerie. Ce faisant, la frontière entre l’œuvre d’art et l’environnement est supprimée et, à l’instar de Lee, l’espace qui entoure l’œuvre est activé, réimaginant ainsi les conditions de visualisation.

La répétition des formes est une facette centrale des pratiques des deux artistes. Les séries de peintures de Lee, telles : From Line, Correspondance ou Response, vibrent avec un rythme visuel alors que les traits de peinture dialoguent les uns avec les autres. De même, tout au long de sa carrière, Viallat a développé un motif signature dans lequel une forme rectangulaire qu'il assimile à la forme d'un os, résonne sur le plan de l'image dans une grille uniforme. Pour les deux artistes, la structure ordonnée de la répétition a libéré leurs pratiques, permettant à l'espace d'explorer des microvariations dans les qualités inhérentes de leurs matériaux.


Comentários


bottom of page